21. Marabout Céssé

Personne n’attend dans la salle d’attente qui n’existe pas dans cette maison de village sur trois étages, entièrement retapée il y a de cela une trentaine d’années.

Marabout Céssé officie depuis aussi longtemps dans cette région où ses dons sont reconnus de bouche à oreille. Personne ne vient voir incidemment son grand corps voûté à force d’écouter des personnes arrivées de partout.. Ils ont tous quelque chose à lui demander, et il n’y a pas toujours de réponse à apporter.

Les visiteurs sont reçus dans la cuisine. Personne ne voit jamais le reste de la maison séparée par un simple voilage opaque. On y sent des odeurs tout au plus, on y entend des éclats de voix tout au plus, des rires bien souvent, de la musique en sourdine, une vie à l’abri des regards.

Marabout Céssé prend le temps de préparer un breuvage à base de thé vert pour ses conviés. Durant ce temps, il peut les observer et les laisser trouver leurs marques, reprendre leur souffle à leur rythme.

La séance est unique, un principe auquel il n’a jamais dérogé.

Ce couple-là, de jeunes vieux, dans les 62-63 ans, le déconcerte (61 et 64 ans il apprendra par la suite). Ils sont venus de très loin, à l’autre bout de la contrée, sans doute ne souhaitaient-ils pas que l’on sache qu’ils faisaient appel à Marabout Céssé. C’est qu’il doit y avoir un problème grave, pourraient penser les autres, en tous les cas une question très importante à résoudre car on ne dérange pas Marabout Céssé pour une pacotille.
Ils n’ont pas besoin de parler pour le moment, qu’ils le laissent s’imprégner de leurs présences. Le breuvage infuse. Marabout Céssé comprend de suite que lui, un homme replet, aux épaules avachies, aux doigts bagués, à la boucle d’oreille droite, aux cheveux clairsemés qui restent attachés en queue de cheval, entretient un look rock n’roll for ever fané, a divorcé, il supposerait sur le tard, une affaire qui a mal tourné, il ne veut pas en connaître les détails, pas pour l’instant. Cet homme a rencontré, mais comment donc ?! il ne veut pas le savoir non plus, cette femme élancée, sportive de toute évidence, à l’allure soignée, au parfum trop fort, qui cache sa vieillesse qui n’a pas besoin d’être cachée. Elle ne le sait pas et Marabout Céssé ne le lui dira pas. Elle semble plus à l’aise avec son corps, son esprit, sa liberté. Elle a connu des hommes, la vie, et ne se la raconte pas. Ils forment un couple disharmonieux étrangement attirant qui souhaite s’accorder pour des raisons qu’eux-mêmes ne peuvent éclaircir. Il lit sur leurs visages les attentes improbables quant à leur avenir… Marabout Céssé ne va rien leur promettre, ne va pas alimenter leur imagination. Ces deux-là commencent à un âge avancé un début d’histoire, d’amour peut-être, truffée d’écueils. Vont-ils savoir éviter les embûches ? Peuvent-ils aller de l’avant comme s’ils n’avaient jamais connu l’amour, les histoires décevantes, les enthousiasmes étranglés  ? Sont-ils guidés par une saine ardeur ou par des motifs camouflés pour tromper leur solitude ? Ils venaient de se rencontrer, de toute évidence. Leurs marques de tendresse trop appuyées semblaient s’adresser aux autres pour leur dire, regardez, nous avons trouvé le bonheur, le bon compagnon, la bonne compagne pour poursuivre la route. Poursuivre la route ? N’est-ce pas ce qui les anime ?

Marabout Céssé continue de scruter leur cœur sans un mot. Qui avait proposé de venir jusqu’ici ? Marabout Cessé n’aurait pu assurer avec certitude lequel des deux, mais il opterait bien volontiers pour l’homme. Celui-ci veut savoir, il ne veut pas se tromper, il l’exprime clairement d’entrée de jeu.

– Vous avez de la chance. Oui, vous avez de la chance. Vous êtes chanceux. Vous le dites comme vous voulez. Too much lucky.

L’homme se désigne d’un index timide. Marabout Céssé acquiesce avant de se tourner vers la femme et lui sourire. Elle n’attend rien de cette séance, se montre posée, détendue, rien ne semble l’étonner, pas même ce qu’elle fait avec cet homme. Le breuvage est servi. Elle sourit en retour.

Marabout Céssé prend leurs mains, les enlace et ferme les yeux, prend une profonde inspiration puis soulève les paupières, les fixe longuement :

– Qui va payer ?

La question les déroute. Le couple échange un regard, l’homme se lance :

– Nous deux, à parts égales.

Marabout Céssé secoue la tête énigmatiquement, sans donner plus d’explication, et s’adresse à l’homme :

– Vous avez encore vos parents…

Le ton paraît anodin, il ne l’est pas. Ce n’est pas une question non plus.

– Elle doit rencontrer vos parents.

L’homme sursaute :

– Il n’en est pas question.

– Votre mère s’est inquiétée pour vous. Vous devez aussi la rassurer.

– Pourquoi vous ne lui demandez pas à elle ? il désigne la femme d’un faible mouvement de menton.

Marabout Céssé ne le quitte pas des yeux :

– Car cela n’a aucune importance que vous plaisiez ou non à ses parents. Leurs avis n’influenceront pas le sien.

– Qu’insinuez-vous ?

– Que votre mère doit ratifier votre choix.

– A son âge ?!

– Oui, madame, cela arrive beaucoup plus souvent que vous ne le pensez. Le nœud est là, le concernant.

– Oh !…

– Est-ce vous qui avez voulu me rencontrer ?

– Non, c’est lui, mais j’étais consentante. Je me suis renseignée. On vous dit très perspicace . Vous pouvez nous permettre de gagner du temps. A nos âges, c’est précieux.

– Jamais, vous m’entendez, jamais je ne présenterai mes parents.

– Et la présenter à vos parents, le pourriez-vous ?

L’homme garde le silence, il voit nettement sa mère qui, comme pour toutes les autres, décortiquera d’un œil averti la nouvelle venue, comment elle s’habille, comment elle se présente, comment elle leur parle et ce qu’elle apporte, et trouvera quelque chose à redire de déplaisant, son père suivra l’opinion de sa femme, comme à son ordinaire. Il faudra expliquer des habitudes ancrées et impossible à faire évoluer. Surtout il faudra exposer sa propre incapacité à changer.

– Tu ne dis rien ?

Marabout Céssé ressert du breuvage, la réponse se fait attendre…

– Présenter ses parents est une épreuve que l’on n’a pas obligatoirement envie de repasser.

– Mais votre mère voudra connaître celle avec qui…

– Oui, oui, oui, mais je ne pourrai pas.

– Vous mentirez ? Vous l’éviterez ? Et votre compagne alors ?

– Non, non, non, ce n’est pas possible, je ne pourrai pas.

– Mais vous vouliez me voir pour quoi alors ? C’est votre mère la réponse.

– Je me suis égaré. Il va falloir faire avec.

– Je ne crois pas, non ! Et je te laisse régler la séance.

https://www.youtube.com/watch?v=W6LFJ_fSnbs Michel Delpech et Roberto Alagna Les Aveux

5 commentaires sur « 21. Marabout Céssé »

  1. Excellent!!!! Je suis plié de riree hoyeux à l’idée d’un écrit autobiographique…,

    Il faut aller faire l’Amour dans les champs lorsque l’idée de la belle-mère s’invite, à mon sens, l’idéal, j’y reviens par rapport à mon commentaire précédent, de bons parents sont des parents….morts,

    Morale de l’histoire? C’est gratuit🌿🥰🌿☠🌿💀🌿👻🌿🥰🌿

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :