52. Béguinage

Nous vous souhaitons la bienvenue à toutes et à tous. Nous nous connaissons par téléphone interposé. Moi c’est Micheline, comme ça vous pouvez enfin mettre un visage sur ma voix, et je peux aussi de mon côté mettre des visages sur des noms.

Certaines et certains ont aussi eu affaire à Jean-Luc ou Marithé ou encore Robert, voire Bernardo, mais on ne sait pas pourquoi il répond au téléphone car il n’a rien à voir avec les inscriptions. Mais vous nous rencontrerez progressivement.

Alors avant toute chose je tiens à rappeler nos statuts : aucun statut ne nous unit. NOUS NE SOMMES PAS UNE COOPÉRATIVE. Nous ne nous adressons pas non plus à un éventuel investisseur associé. J’insiste beaucoup sur ce point. Nous ne pratiquons pas de gestion participative. Nous ne sommes pas opposés à un esprit de partage et de convivialité, mais notre but n’est pas de favoriser la solidarité, la mixité sociale ou encore de créer des synergies au niveau des espaces, ressources et services comme on dit. A priori, à nos âges, ce devrait être intégré, sinon allez votre chemin. Dans le cas contraire, c’est foutu, on ne peut rien faire pour vous. Je poursuis.

Notre projet n’a rien de novateur puisqu’il remonte au Moyen-Âge, dans une perspective non-spéculative, c’est une certitude, écologique, oui car nous ne voyons pas quel autre avenir, il pourrait y avoir. Donc nous n’allons pas nous essouffler dans de grands débats.

Vous êtes libres de partir quand bon vous semble. Vous n’avez pas à nous dire combien vous gagnez et avec qui vous vivez. Aucun conseil de je ne sais quoi, pas plus d’assemblée générale. Bref c’est presque comme là où vous viviez avant, juste qu’ici la moyenne d’âge est de 65 ans. Tout est en rez-de-chaussée, vous verrez qu’avec le temps c’est extrêmement utile. Je me marre.

Pas la peine de vous imaginer que nous allons développer un projet pilote pour éveiller les générations futures à un autre mode de vivre ensemble… Laissez-moi ricaner ! D’ailleurs je ricane… Ils n’attendent rien de nous vu l’immense bordel que nous leur laissons. Donc le mieux que nous ayons à faire est de vieillir sereinement et pour le coup de (leur) montrer que cela est possible. Ce n’est pas une tare de vieillir, voire même c’est vivant ! Mais bon, ne nous étalons pas sur ce débat que nous pourrons aborder si cela intéresse certains et certaines.

Nous réadaptons tout simplement le béguinage, concept originaire de Belgique, comme le Béginnage près de Bruges pour celles et ceux qui connaissent. Mais accommodé à la vie de nos jours. Et à notre génération aussi, il faut bien le dire. Notre ensemble est mixte, toutes les maisons indépendantes sont reliées par des coursives et donnent sur une petite cour, toutes disposent d’un jardin, l’église d’origine pas mal amochée par le temps a été dévolue à un autre usage comme vous le constaterez : pour celles et ceux qui n’en ont pas, il y a une laverie, entre autres, mais le lieu fait également office de salle de danse, de taï-chi, de lecture, de discussion, de débat parfois, de vente de produits maraîchers, enfin un espace qui s’adapte au fil des envies. Chacun et chacune est responsable de ce qu’il fait, et qui ne respecte rien, dégage ! Bah oui c’est comme ça. On ne va pas faire de grand débat, on a plus l’âge et ça fatigue. Alors je sais que certaines et certains aiment beaucoup perdre un temps dingue, comme dirait l’autre, à exposer ses arguments mais on s’en fout. Nous sommes toutes et tous à la même enseigne, et l’ensemble appartient à la ville.

Nous ne sommes pas un Auroville bis, nous n’en sommes pas non plus l’antithèse.

Nous tenons également à préciser que tous ceux et toutes celles qui veulent absolument nous rebattre les oreilles avec leurs « la retraite, très peu pour moi », « Moi j’ai toujours bossé alors j’ai envie de rester dans le monde » ou d’autres conneries de ce genre tout en prétendant « goûter l’instant » feraient mieux de partir maintenant, car ici dans les faits on assume d’avoir son âge, cela ne nous pose aucun problème, nous ne nous sentons pas inutiles, ni rejetés.

J’espère ne pas avoir été trop crue, parfois on me le reproche, mais bon j’ai remarqué que l’on gagne du temps à se parler franchement.

Je vous souhaite de nouveau la bienvenue à ceux et celles qui ne sont pas partis pendant cette courte présentation et vous allez voir ici, ça a un peu le goût du paradis… J’en ris !

https://www.youtube.com/watch?v=fCZVL_8D048 Jerusalema Master KG et Nomcebo Zikode

13 commentaires sur « 52. Béguinage »

      1. Ah oui mais j’ai pas un ordi qui fonctionne avec le tiret du 6, et si je suis vos indications qui m’ont fait bien marrer, car pas tout compris 🙂 (celui-là je sais le faire) ça donne rien du tout, mais merci pour l’info !

        Aimé par 1 personne

  1. Elle est carrément excellent.
    « Je ne vois pas ce qu’ils attendraient de nous, vu le bordel que nous leur laissons. »
    C’est déjà bien, mais l’église-laverie-produits maraîchers on touche au sublime et alors Auroville, là c’est la totale.
    J’en ricane encore!

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :