7. Boudoir Blues

Il enfilait les phrases, dans une introduction à la Barry white, avec cette promesse, Love, Love, Love, I need love, qui aurait pu faire sourire, voire rire, mais on pouvait se laisser prendre facilement au jeu. Il ne doutait de rien, tout du moins en donnait-il l’impression. Sa petite taille, sa bedaine, son début deLire la suite « 7. Boudoir Blues »