67. Amour filial

Arlette patientait dignement sur une chaise à peu près confortable que le vendeur, un petit jeune quadra estima-t-elle, lui avait apportée. Une légère exaspération commençait à poindre, mais elle se contenait, et s’en félicitait. Vieillir la rendait plus zen, indubitablement, elle savait reconnaître les priorités sans se perdre dans un dédale d’inepties. Néanmoins, son emploiLire la suite « 67. Amour filial »