72. Par l’entremise de Baubo

Sara, qui portait d’ordinaire la trentaine arrogante, pleurait et reniflait bruyamment un chagrin sur le banc de l’abribus. Une rupture c’est rarement jovial, ça déchire de l’intérieur, ça boursoufle le visage, quand bien même pour les personnes concernées cette seule issue s’imposait. Les larmes coulaient à la défigurer, entraînant sans distinction figure intelligente, esprit d’indépendance,Lire la suite « 72. Par l’entremise de Baubo »