80. Wonder Woman

Les visites s’effectuaient uniquement après une réservation téléphonique. Jamais le week-end. En matinée et en soirée principalement. Pour s’y rendre, les enfants se trouvaient souvent dans l’obligation de se faire porter pâle ou de supplier, et leurs accompagnants de raconter un bobard ou de céder, à l’exception des retraités qui n’avaient plus de compte àLire la suite « 80. Wonder Woman »

79. Au pied de la lettre

Tout s’est déroulé à la vitesse de l’éclair. Je vais mettre plus de temps à vous le raconter qu’il n’en a fallu pour le vivre. D’accord, je poursuis. La voiture énorme, plutôt du genre tiens je vais t’en mettre plein la vue, de la couleur d’un corbillard, s’est garée sur l’emplacement réservé aux handicapés devantLire la suite « 79. Au pied de la lettre »

78. Marx pas mort, Darwin non plus d’ailleurs

La promenade aux abords de la rivière emportait tous les suffrages quel que soit l’endroit où vous habitiez. Toutes sortes de familles, de groupes s’y retrouvaient pour admirer le paysage, partager un pique-nique, s’enflammer dans de longs débats politiques, surveiller la baignade des enfants, laisser les écrevisses tranquilles à la bonne saison – c’est àLire la suite « 78. Marx pas mort, Darwin non plus d’ailleurs »