49. Hymne à la vie

Modestine, la mal nommée, promène ses formes gourmandes, son rire rauque qui secoue tout son corps comme un prunier au moment de la récolte. Modestine, la bien nommée, arpente les chemins et les rues avec un naturel sur lequel on se retourne. On l’envie de séduire et de s’en moquer, ou d’apprécier, de donner ouLire la suite « 49. Hymne à la vie »